Les filtres

Filtre polarisant circulaireL’usage des filtres, bien que moins fréquent que dans les années 70, est un moyen efficace et relativement bon marché pour améliorer la qualité de ses prises de vues. On les visse directement sur le pas de vis de la lentille frontale de l’objectif. Il existe également des systèmes qui permettent d’interchanger les filtres sur un support, c’est le cas du système développé par Cokin® il y a de nombreuses années.

Les filtres anti-UV


 

Ses défauts

Ce type de filtres, presque indispensable à la grande époque de l’argentique, présente aujourd’hui un intérêt limité. Destiné à filtrer les ondes courtes de la lumière (dont les ultra-violets),  il permet de limiter l’impact du voile atmosphérique en particulier sur les photos de paysage. En réalité son efficacité est très faible, et les objectifs récents faisant l’objet de nombreux traitements de surface, son intérêt tend à disparaître. De surcroît, à moins d’investir dans des filtres très haut de gamme, vous risquez de ruiner la qualité optique de votre objectif.

Son seul intérêt

Finalement, son seul intérêt est de protéger la lentille frontale de votre optique, et si celle-ci est très onéreuse, cela peut vous sauver d’un désastre !… mais il faudra y mettre le prix.

Les filtres polarisants circulaires


 

Ces filtres font partie de ceux que, malheureusement, trop de photographes ignorent. Pourtant, ils peuventt transfigurer certaines de vos prises de vues, et leurs usages sont nombreux.
– En filtrant les rayons lumineux en fonction de leur angle d’incidence, le filtre polarisant renforce le contraste et la saturation. En paysage, il vous suffira de tourner le filtre pour constater que la densité du ciel, ainsi que le contraste entre ce dernier et les nuages changent en fonction de son orientation.
Ci-dessous : sans et avec filtre polarisant
Photographie sans filtre polarisant circulaire Photographie avec filtre polarisant circulaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– Le filtre polarisant élimine également les reflets. Qu’il s’agisse de reflets sur des feuilles et de la végétation, sur l’eau d’une rivière ou d’un lac, ou encore sur les ailes d’un insecte en macro-photographie.

Ci-dessous : sans et avec filtre polarisant
En réduisant les reflets on a fait disparaître les rayures et renforcé le contraste

Reflets sans filtres polarisants circulaires

 Pas de reflets avec filtres polarisants circulaires
Ses principaux inconvénients :

– Il est presque impossible de l’utiliser conjointement avec un pare-soleil du fait de son manque d’accessibilité
– S’agissant d’un filtre à forte densité, il vous fera perdre de 1 à 2 IL. C’est un facteur à prendre en compte, en particulier en macro où la recherche de lumière et de profondeur de champ est déjà parfois problématique.

Les filtres à densité neutre (ND)


Les filtres à densité neutre (ou filtres ND) n’ont, comme leur nom l’indique, aucune couleur. Leur aspect est gris. Ils sont destinés à absorber une partie de la lumière reçue quelle que soit sa longueur d’onde. Par conséquent, ils ne modifient pas le rendu de couleur de l’image.
Ils se vissent sur l’objectif et peuvent s’additionner les uns aux autres. Il existe plusieurs densités allant de 0.3 (1 diaphragme) à 0.9 (13 diaphragmes).

L’intérêt des filtres ND

Les filtres ND permettent au photographe de disposer d’une plus grande latitude de réglages d’exposition :

  • Eviter la surexposition
    Dans le cas d’un très fort éclairement, le photographe pourra utiliser un filtre ND pour réduire la quantité de lumière qui atteint le capteur de l’appareil. Cela évitera qu’il sur-expose sa photographie.
  • Augmenter le temps de pose
    Un photographe qui souhaite effectuer une pose longue pourra utiliser des filtres ND (éventuellement cumulés) pour réduire la luminosité. Le cas typique est celui d’une prise de vues d’une rivière sur laquelle on souhaite conserver la fluidité de mouvement de l’eau. Il faudra alors lui appliquer un temps de pose long de parfois plusieurs secondes. Mais dans le cas d’un fort ensoleillement, poser long reviendra à sur-exposer même en fermant le diaphragme à son maximum (ce qui n’est jamais recommandé).
    La présence du filtre ND permettra donc au photographe de réduire la quantité de lumière et de poser long tout en conservant une exposition correcte.
  • Augmenter l’ouverture
    Utiliser un filtre ND peut permettre également d’augmenter l’ouverture pour obtenir du bokeh, autrement dit une profondeur de champ plus courte. En effet, le photographe peut ouvrir complètement le diaphragme sans subir l’excès de lumière qui est absorbé par le filtre.

NB : Il est possible de visser les filtres ND les uns par-dessus les autres. Ainsi, il pourra être judicieux d’acheter plusieurs filtres « moyens » plutôt qu’un seul très dense. En effet, cela vous procurera une plus grande souplesse d’utilisation avec la possibilité de choisir le nombre de filtres que vous souhaitez.

You must be logged in to post a comment.