Robert Capa (1913-1954)


robert_capaPhotographe hongrois, André Friedmann devient Robert Capa à Paris en 1936 alors qu’il s’exile, chassé de Hongrie pour ses activités politiques. Contraint de quitter Berlin par le nazisme, il s’engage dans les forces républicaines espagnoles. Il réalise la photographie connue de tous Mort d’un soldat républicain. L’ensemble de sa -malheureusement trop courte- carrière sera consacré au reportage de guerre. Il couvre en particulier le front japonais en Chine en 1938, puis le débarquement de Normandie en 1944.

robert_capa_debarquement

robert_capa_debarquement2

robert_capa_espagne

 

 

 

 

Le fondateur de la désormais célèbre agence Magnum (1947) se plaisait à rappeler qu’il était « correspondant de guerre », indiquant ainsi qu’il était impliqué lui-même dans les conflits qu’il photographiait, avec un engagement propre. Robert Capa défend une photographie brute, sans artifices ni mise en scène, au coeur de l’action : « Si ta photo n’est pas bonne, c’est que tu n’es pas assez près. »

Père du photojournalisme, Robert Capa meurt de sa passion, tué par une mine en Indochine en 1954, non sans avoir inspiré un certain nombre de romanciers tels Ernest Hemingway (Pour qui sonne le glas), ou Dan Franck et Jean Vautrin (Les aventures de Boro, reporter photographe)

Pour en savoir plus sur Robert Capa et le photojournalisme :
Robert Capa, Centre national de la photographie – N°36, Coll. « Photo poche », Paris, 1988
Wikipedia – Robert Capa
www.magnumphotos.com – L’Agence Magnum
Visa pour l’Image – Festival du photojournalisme (Perpignan)

You must be logged in to post a comment.